Mon baptème en montgolfière ! Inoubliable !!

J’en révais depuis longtemps, et on m’a offert un baptème en montgolfière.
Ca a été comme je me l’imaginais : féérique, incroyable, inoubliable !!!!
Récit d’une matinée pas comme les autres ! et des photos !!!

Après un lever difficile, rendez-vous à sept heures avec les aérostiers. On n’a pas trop de chance malgré un beau temps, des nappes de brouillard se sont développées dans la nuit. On doit donc attendre. L’attente ne sera pas longue car quelques nappes se lèvent. On peut donc se préparer à installer la montgolfière. Dans un terrain de foot voisin, nous installons la nacelle,nous la couchons et accrochons la voile. Je n’arrive pas à croire que la toile pouvait être si grande.

Bon il est vrai que c’est une des montgolfières les plus grosses au France, apparemment il n’en a pas plus de 10 de ce modèle sur le territoire. On peut monter à 8 dedans. En quelques chiffres, la masse d’air du ballon est autour de 5000 mètres cube d’air (on pourrait presque y glisser une petite maison dedans), une surface à plat de prèsque la moitié d’un terrain de foot, 240 litres de propane embarqués, un air chauffé à 120° …
Une fois la nacelle couchée, un gros ventilateur souffle de l’air ambiant pour gonfler la toile, puis quelques coups de brûleurs font se dresser magnifiquement l’ensemble.

On a plus qu’à monter dedans et en route pour un moment magique. Le décollage se fait sans problème, on monte d’ailleurs plus vite que je ne le pensais dans les airs.Et la, tout n’est plus que calme, volupté, on a littéralement l’impression de glisser sur les quelques nappes de nuages qui nous entouraient lors du décollage.


Regardez la taille de notre aéronaute par rapport à la toile !

Et la ville s’étend sous nos pieds, encore à moitié endormie,on a l’impression de rêver. Seul le bruit surprenant les brûleurs nous tire de ce rêve éveillé.

Et la, on se prend à essayer de reconnaître ce qui nous est familier, maison, église…Vu de haut,ces figures emblématiques n’ont plus rien à voir. Et on se laisse guider par notre aéronaute maîtrisant ce monstre avec une telle aisance, jouant des brûleurs, et de la radio avec la tour de contrôle de la base aérienne (et oui, il faut bien que nous nous manifestions pour ne pas gêner le trafic aérien), nous rassure et nous fait part de ses impressions.Et l’on sourit aussi de ce tandem entre notre aéronaute, et son compère au sol, en camion essayant tant bien que mal de nous suivre au sol sans nous voir, nous, flottant au-dessus des limbes nuageuses.
Puis les montées, les descentes, nous emporte jusqu’à notre destination finale, un champ dans lequel nous nous posons avec douceur, avec un petit pincement au coeur. Puis, tradition champenoise oblige, une coupe de champagne autour d’une petite table dressée dans notre petit champ.

Enfin vient l’exercice physique clôturant le tout, replier la toile immense en un temps record. Et l’on s’aperçoit que c’est d’une simplicité incroyable de transformer ce monstre intimidant en boule de tissu d’à peine 2 mètres cubes. Et voilà, arrive enfin l’heure du retour, le coeur serré, de cette si brusque et si inoubliable aventure. Et l’on redécouvre le monde, vu d’en bas, qui nous a jamais paru aussi terne. Là seule envie que l’on a, est d’y remonter.

Chapeau à la société Air Tonic, Jean-Luc, Gérard, pour leur professionnalisme, et leur gentillesse. Ceci participe à ce que l’aventure soit la meilleure.
Pour ma part, elle a été inoubliable !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *