Dans notre monde de "cloud" et de smartphones, ou les GAFAM se livrent une bataille féroce les utilisateurs sont de plus en plus solicités par des propositions commerciales en tout genre : smartphones, services média (netflix, prime video...), assistants vocaux, objets connectés...
Et pourtant, malgré l’appétence économique générale des utilisateurs à plus de concurrence, ils demandent dans ce cas précis, plus de concentration. Mais au delà des offres, c'est les objets connectés ou smartphones qui se doivent d'avoir un écosystème compatible. C'est là qu'est le levier principal des GAFAM. Ils ont su créer des services et plateformes tellement simples et puissantes que leur oligopole s'est installé de fait auprès des utilisateurs par soucis de facilité, et de simplicité. Certains en seront conscients et d'autres, non.

1) Consolidation des offres de services :

  • Le cas du streaming :

Les clients sont de plus en plus sollicités par les différentes plateformes de contenu, mais également d'abonnement. Le soucis c'est que parfois, ils se complètent mais les redevances s'ajoutent ce qui engendre un coût conséquent pour les utilisateurs. L'exemple le plus flagrant est au niveau du streaming : entre Netflix, Amazon, Apple, Disney, Canal, Orange, Hulu...Les clients et la nature du marché vont fatalement vouloir une consolidation tant le nombre d'acteurs et leurs exclusivités respectives sont nombreuses
Mais est-elle réaliste ? D'un point de vue des utilisateurs, elle aurait du sens. En effet, 24% des clients estiment qu'il y a trop d'offres différentes (Source : Hub Research 2019). Pourtant, d'un point de vue économique, elle est complexe car les entreprises derrière ces offres sont des mastodontes qui ne pourront pas forcément se racheter l'un l'autre du fait de la taille de leur tailles respectives. Le seul qui pourrait être a la merci des autres reste Netflix qui, malgré sa surpuissance dans le secteur du streaming, reste un nain économiquement en regards des GAFAM.
Toutefois même si d'un point de vue contenu, c'est séduisant, en est-il de même d'un point de vue macro-économique ?

  • Un cout "invisible" des services en général ?

Mais il n'y a pas que les services de streaming, il y a beaucoup d'autres services. L'abonnement est devenu un  business-model tellement rentable que tout le monde s'y lance que ce soit des services a destinations des particuliers mais aussi des entreprises (où c'est encore plus généralisé). Mais le budget des ménages et des entreprises n'est pas un puits sans fond. Et il émerge un cout "invisible" pour les clients. En effet, que ce soit les particuliers comme les entreprises, qui peut facilement lister de tête les dépenses de tous ses abonnements, même les plus petits ? Peu de gens. Donc les clients continuent d'ajouter à leurs dépenses de nouveaux abonnements sans se rendre compte de la masse de dépense finale que celà occasionne.

La encore, la demande de concentration oligopolistique de facto par les utilisateurs sera probablement encore plus présente, car elle satisfera la consolidation des offres médias et des exclusivités mais aussi des services "cloud"...Au détriment de la libre concurrence.

2) Normes ouvertes ou standards propriétaires ?

On le voit aujourd'hui, l’interopérabilité des objets connectés et domotique (Alexa d'Amazon ou Homekit d'Apple), ou des smartphones (iOS d'Apple, et Android de Google) aux différents services s'est satisfait d'un oligopole entre Amazon, Apple et Google. Est-ce une bonne chose ? Sur le papier, pour le client, celà semble vertueux, a plusieurs niveaux car celà maximise l'accès aux différents services car pour les développeurs, il n'est nécessaire de produire des versions que sur 2 ou 3 plateformes, ce qui réduit considérablement le temps de travail. Mais malgré tout, ces solutions restent propriétaires. Une confusion de-facto s'est crée entre standards propriétaires et normes "ouvertes" open sources ou bien développées en consortium comme peut l'être les normes de communications comme Bluetooth, Wifi.

A part certaines normes grandement répandues, la victoire est clairement du coté des standards propriétaires. C'est donner de plus en plus de pouvoir aux GAFAM au détriment de la transparence et la liberté du monde économique. Alors peut-on se satisfaire de cet oligopole de fait ? D'une certaine manière, si les GAFAM s'emploient à rester vertueux, on pourrait se l'accorder, mais on sait que c'est leur accorder toujours plus de pouvoir sans aucune garantie.
L'affaire Huawei, éjecté de l’écosystème Android, propriété de Google, en est un parangon. Le géant chinois va devoir tracer sa route seul dans son écosystème applicatif loin du systeme Android ouvert mais sous liscence Google. En sera-t-il capable ? Pour le moment, seul Apple, au standard très fermé, se le permet, mais il a été le premier à démocratiser les smartphones.

On constate donc que les utilisateurs ne se battent pas directement pour une plus grande concurrence tant les services fournis par les normes propriétaires sont puissants, riches, aisés et surtout invasifs dans nos vies. Ce qui est assez atypique tant dans d'autres domaines plus traditionnels, les clients sont en demande constante de plus de concurrence, de plus d'offre.

Deposer un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.