RIA-RDA : La grande (r)évolution du logiciel

Trois lettres…..Trois lettres magiques sont en train de révolutionner le Web et le monde du logiciel. C’est une révolution autant qu’une évolution…
Les RDA (Rich Desktop Application), tout le monde en parle, et c’est justifié. Elles sont à mon sens une véritable révolution tant d’un point de vue technique que du point de vue économique et usages.
Elles sont les petites soeurs des RIA (Rich Internet Application). Ce qui les différencie ? L’endroit où elles sont exécutées. En effet, une RIA est exécutée directement dans votre navigateur préféré (enfin Firefox quoi……Quoi ?? Qui a dis Internet Explorer ? Vous sortez monsieur !), alors qu’une RDA, est exécutée en dehors de votre navigateur donc directement sur votre ordinateur, comme une application « classique » de type Excel, Word…
Pour ceux qui ne savent pas encore tout à fait de quoi je parle, je vais faire très simple, voire meme un peu simpliste, mais ca sera plus clair. Une RIA est au confluent du Web et du monde du software installé sur machine. En fait, vous exécutez l’application directement dans votre navigateur. Celle ci est hebergée sur le site du fournisseur d’application. De ce fait, vous travaillez « en ligne » sur votre application. A aucun moment votre fichier de travail n’est présent sur votre ordinateur, et aucune installation n’est necessaire sur votre machine. Les exemples sont désormais légion: on peut citer Google Apps (une suite bureautique en ligne), Picnik, Splashup, Photoshop Express (qui elles, permettent de retravailler vos photos en ligne), et j’en passe.
Une RDA, c’est la meme chose mais installée et exécutée sur votre ordinateur , mais sa particularité c’est qu’elle peut se connecter en live à Internet. On peut citer par exemple l’incontournable Google Analytics reporting suite qui permet de récupérer vos données issues de Google Analytics (qui permet de faire de l’analyse de trafic Web) et de les visualiser via une interface interactive tres agréable, vos résultats, sans allez dans votre navigateur ou sur le site d’Analytics.
Jusqu’à présent, ces RIA et RDA, étaient encore peu nombreuses car peu d’outils efficaces permettaient de concevoir ces applications. Mais l’explosion aujourd’hui du nombre d’application de cet ordre est directement consécutif à la sortie de frameworks très performants permettant de concevoir ces softs. Le plus connu est bien évidemment le fameux Adobe Air, et son concurrent Microsoft Silverlight. Ces deux frameworks permettent de créer « aisément » (ca reste un travail de spécialistes du Web) des RIA.
Le développement de ces cadres applicatifs engendre une révolution. En effet, il y a encore quelques temps, concevoir un logiciel était très couteux et nécessitait des compétences extrêmement poussées. Les frameworks historiques de développement d’applications étaient tres complexes (ces meme produits le sont toujours), et nécessitent des compétences particulières. Aujourd’hui avec la sortie de frameworks plus abordables, c’est un véritable bond en avant car elles sont plus accessibles pour peu qu’on se forme à Air ou autres.
De par ce fait, l’on voit débarquer une foule d’applications développées par des grands groupes (eBay qui a lancé une RDA pour gérer ses enchères directement sur son ordinateur), mais aussi des micro entreprises individuelles (comme Balsamiq, qui cartonne depuis son lancement il y a un mois, qui a été conçu par une seule personne)…
Quelles sont donc les conséquences directes ?
– Une concurrence beaucoup plus importante, donc un formidable levier en terme d’innovation, de rechercher ergonomique, de prix…
– Une richesse énorme du paysage logiciel. En effet, l’on voit emmerger des micro applications qui servent un besoin extremement spécifique (par exemple Shrink o matic, application AIR, qui permet de faire des redimensionnement de photo à la chaine avec une simplicité déconcertante)….
– Un remaniement économique du monde du logiciel. C’est clair, plus il y a de concurrence, plus les prix baissent.
Mais on pourrait croire que les poids lourds du logiciels seraient en danger ? Pas du tout, comme je vous l’indiquais plus haut. Adobe et Microsoft ont lancés respectivement les deux principaux framework de développement d’application riches. Ils ont été suffisament visionnaires pour comprendre que le paysage logiciel allait changer à leur désavantage si ils ne réagissaient pas…(eux au moins ils ne sont pas comme ces imbéciles de Majors de la musique qui s’accrochent à leur DRM…)

Bref, on pourrait en parler des heures. Je vous invite si vous vous interessez à ce sujet à lire le blog de Frederic Cavazza, un des grands évangélistes français de ces applications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *